Au delà des payout, Face à Face Philippe Ktorza vs Fabien Richard

by

Il est parfois de belles rencontres ou des discussions, qui dès le départ vous donne à penser que vous êtes en présence d’un homme sympathique, intègre et militant, et ce qui me vint rapidement à l’idée lorsque qu’un beau matin commença l’interview que j’allais mené avec Philippe Ktorza, le joueur pro de la team PMU.
Un look d’esthète italien, charisme digne d’un personnage échappé tout droit de « Borsalino », l’homme au sourire communicatif vous procure dès le départ cette sensation de vouloir soulever des montagnes et de résoudre les problèmes de ses collègues joueurs à travers des volontés de progression et de réussite.

F.R : Philippe bonjour et merci de répondre si gentillement à mes questions alors que je sais que tu n’es pas en France actuellement. Suite à mon premier « Face à face » avec ton partenaire et ami Guillaume Darcourt, je me suis dit qu’il serait sympa qu’on puisse parler de ton « chevale de bataille », les payout dans les tournois en revenant sur l’historique de ce débat que tu soulèves aujourd’hui

Philippe : Bonjour Fabien et merci de prendre un peu de ton temps pour parler de ce sujet qui aujourd’hui me donne envie de me battre pour des idées et une vraie avancée dans ce domaine. Si je devais faire un historique de la problématique, je dirai que cela remonte à mon ITM en janvier 2010 à l’EPT de Deauville où mon épouse me faisait remarquer, et à juste titre que la différence entre le buy-in du tournoi et le gain que je venais de faire était peu élevée alors que je venais de me battre plusieurs jours pour obtenir une 20ème place sur 768 joueurs entrant. Dès ce moment, je me suis alors fait la réflexion que les efforts réalisés par les joueurs dans les tournois, la difficulté de gagner des places n’étaient pas récompensés à leur juste valeur. Le stresse qu’engendre une telle compétition, son lot de larmes et de joie, est « entaché » par une structure de payout trop souvent mal gérée qui conduit le jeu à se dénaturer ?

F.R : Quand tu dis que de ce fait, cela dénature le jeu et crée des problématiques pour les joueurs que veux tu dire ?

Philippe : Comment veux-tu qu’un joueur qui joue parfois une semaine, ne bascule pas dans le non jeu ou déjoue alors que si il termine 20ème ou 15ème la différence peut être assez importante. Viennent alors les problèmes de jeu « faussé » où les joueurs poussent avec tout ou n’importe quoi pour gagner une place, prennent des décisions basées sur le profit et non plus la réflexion, se mettent en danger, cela non pas de leur fait mais du fait que le payout les oblige à grinder et non plus à analyser. Nombre d’entre nous sont sponsorisés et ont cette chance, mais pensons que la majorité des joueurs sont des payeurs, engagent de l’argent pour participer à ces event, comment dire a un joueur qui a joué une semaine qu’il va parfois gagner à peine le double de la somme engagée ? Arrivé au bout du compte, le joueur qui joue régulièrement, n’arrive pas à équilibrer la balance gains/dépenses et devient alors un joueur perdant alors qu’il est parfois ITM et de ce fait un joueur de talent. Le talent et les performances sont alors entachées par un système mal équilibré et désavantageux.

F.R : Pour toi la mobilisation, doit être générale et structurée. Pas question de militer dans son coin pour une « réforme des payout » sans rassemblement, sans union. Tu as donc plusieurs idées et solutions à proposer pour résoudre cette problématique.

Philippe : Il faudrait déjà avoir le courage de ces actes. Si nombre d’entre nous boycottaient purement et simplement les tournois où les payout sont des inepties, ou alors ne jouaient pas les premiers niveaux par contestation, nous ferions tous avancer le débat. Car comment se plaindre et ensuite engager des sommes dans des tournois où les payout sont illogiques et finir par mettre les pieds sous la table et les mains sur les cartes ? Il serait bon aujourd’hui qu’une vraie association de joueurs, comme le sont par exemple la NBA pour le basket (un groupement avec une vraie force de décisions et une réelle politique générale) ou encore la ligue professionnelle de football, intervienne pour répondre à divers soucis liés au monde du poker.
Le poker dit professionnel de nos jours est en réalité complètement amateur dans sa façon d’évoluer, de discerner les réelles attentes des joueurs et ce souci est international. Comment expliquer que quand tu joues un WPT à Los Angeles la structure soit complètement différente que celle que tu joueras demain à Venise ou Paris ? Chacun applique ses propres règles et cela n’est déjà pas possible dans un seul et même tour. One ne peut pas pour appliquer des règles, les différencier selon les endroits, rassures moi Fabien, une touche au football se fait bien avec les mains de la même façon en France qu’en Angleterre ? Là bas on ne la joue pas au pied… ?
Prenons alors le temps de résoudre ceci :
Imposer le même système de payout sur tous les tournois faisant partie d’un seul et même tour tel les EPT ou WPT .
Équilibrer les durées de jours de tournois avec par exemple des journées raisonnables comme sur certains EPT où nous jouons de 12h00 à 21h00 ce qui est idéal pour que le jeu des joueurs soit optimum.
Harmoniser le calendrier international…

Tout cela et je ne suis pas seul, nos allons essayer de le résoudre en créant une vraie entité au niveau national et international qui tentera de résoudre ces problématiques.

F.R : Tu envisagerais donc à l’heure actuelle avec certains de tes collègues et partenaires à créer une entité qui tenterait de résoudre tous ces problèmes ?

Philippe : Je sais que quand tu avais parlé avec Guillaume, il t’en avait discrètement touché un mot et je te remercie pour ta discrétion et ton professionnalisme. Effectivement nous envisageons avec nombre de mes partenaires et amis joueurs de créer une association de poker qui tenterait de répondre et d’ouvrir les débats avec les différents acteurs sur le marché du poker. Avec des gens motivés comme les joueurs pros, les journalistes, directeurs de tournois ; créateurs et propriétaires de tours, nous pouvons solutionner les déséquilibres de calendriers, l’harmonisation de règles internationales identiques partout dans le monde. La liaison entre le monde professionnel et amateur est également importante qu’à la problématique du déséquilibre des payout est la même que tu aies payé ton byu-in 10 000 ou 500€, l’échelle des gains est bien trop souvent illogique. Nous avons besoin alors d’une structure afin de devenir des décideurs et non plus de subir la loi du hasard ou des différences.
Demain nous aurons besoin du plus grand nombre dans cette aventure, mais il est hors de question que je sois seule dans cette lutte. Je ne pourrai pas continuer à me battre si je vois que peu d’entre nous s’investissent.

F.R : Et bien merci Philippe de toutes tes précisions, merci de ton écoute, j’espère que tu as apprécié ce moment ?

Philippe : Ça a été très sympa Fabien, je compte sur toi pour nous aider dans notre « combat » et encore merci d’avoir pensé à moi.

F.R : Alors ne l’oubliez pas, il est impossible d’avancer seul, demain si nous souhaitons que le poker professionnel le devienne vraiment, nous devrons tous ensemble penser à de vrais solutions pour qu’il s’harmonise.

Source et autorisation : http://saintquentinpoker.forumactif.com/t1479-au-dela-des-payout-face-a-face-philippe-ktorza-vs-fabien-richard#11763