Gérer les maniaques en provenance du NLHE

by

Le Omaha devenant de plus en plus prisé des joueurs online voyant en cette variante un espoir de poker plus « »réfléchi », il est pour moi tout à fait normal de vous en parler.

Les rooms bloquées par le peu de joueurs online se tournent donc vers un transfert sur cette variante pour augmenter le nombre de tournois joués.

Ainsi, de nombreux articles apparaissent au fur et à mesure sur le net concernant ce passage entre les deux variante. Le dernier en date est de mémoire, sur ce que j’ai pu voir sur le net celui du bien estimé Elie Payan.

Mais les articles sont adressés aux joueurs de Holdem. D’aucuns a pensé à nous, joueurs de Omaha, qui voyons arriver des joueurs gambler, mixant lotto et tentative de tirage sans maitrise des probas.

Cet article est donc là pour non pas apporter une solution miracle mais ajouter une pierre à l’édifice.

Nous appellerons pour le coup le joueur de NLHE  « le maniaque ». Oublions les joueurs qui arrivent à franchir le pas sans soucis, concentrons-nous sur ceux qui volontairement ou non ne se projette pas avec subtilité sur toutes les perspectives que leur ouvre cette variante.

Le maniaque c’est celui qui vous relance sans arrêt pré-flop et continue à vous agresser à chaque street (flop, turn et river).

Soit on peut les ranger au rayon des fadas soit ce sont des ‘spécialistes’  du NLHE qui appliquent les mêmes méthodes à « Limper, on connaît pas et après on accélère pour finir en trombe ».

C’est aussi le fait de multi-tableurs, qui jouent donc plusieurs tournois en même temps. Ils cherchent à se constituer un stack conséquent quitte à sortir très vite.

Enlevons uniquement le cheap leader qui lui joue ce  de manière spontanée car c’est à lui d’écraser la table de tout le poids de son stack.

 

Tous ont en commun de nous déranger dans notre doux confort Omaha, habitués que nous sommes à l’action à partir du flop.

L’idée de base est que de se mettre en travers de leur marche au nom de la défense du jeu que nous aimons est une énorme connerie.

Se baser sur des constantes :

– S’armer de patience et se défaire de toute colère.

– Se rappeler qu’aucune main n’a un vrai avantage préflop. Attaquer PF laisse ainsi trop de part au hasard. Etant en pot limit, cela suppose aussi plus de joueurs à entrer dans le coup, même en 3bet pf.

– Ne jamais perdre de vue que l’alternative, si l’on s’engage après le flop, se réduit quasiment toujours à doubler ou sortir.

– Plus ils sont riches, plus ils sont imprudents et piégeables en payant de manière large et non réfléchi pour tenter « le coup ».

 Quelle méthode utiliser :

– 1) Ne pas faire grossir le pot devant eux :

– soit folder en attendant la super main préflop

– soit limper sur une main prometteuse si pas trop de monde n’est entré.

Effectivement, si vous les avez derrière vous, le pot sera gros et leur relance plus conséquente.

– 2) Se contenter du call, même avec une énorme main puisque le dealer est souvent assez vache pour récompenser leur agressivité –> attendre le flop.

– 3) Si le stack diminue trop, bien que l’on joue peu de coups, y aller de son va-tout sur une belle main pour essayer de se retrouver en tête à tête.

Pas de demi-mesure dans ce cas d’urgence à Push.

– 4) Au fur et à mesure que le tournoi avance et qu’on a pu échapper au massacre avec un stack correct, voir plus de flops pour pas trop cher grâce à la relance limitée au pot … limit.

Et comme, ils envoient CB max de façon systématique, user et abuser avec jouissance du check-raise si le flop sourit.

– 5) Ne jamais bluffer  (ou presque), ils suivent tout (pour chercher un tirage ou en river sur une double paire malgré un tirage quinte et flush évident).

– 6) Idem pour les tirages 8/9 outs : si ça ne monte pas, ce n’est pas un pot qui est perdu mais le tournoi.

Alors faut savoir se coucher.

N’oubliez pas : Ce n’est jamais le cheap de début de tournoi qui le win. Bien souvent il n’est même pas payé.

Concentration et identification des adversaires sont les clés de la réussite, ou du moins y contribuent.

Pour les passionnés, retrouver plus de détails sur www.omahattitude.com