POKER. DU RIFIFI A EVIAN…

by

Quant aux décideurs du Payout du FPS d’Evian et pour rester dans le ton de Michel Audiard, un jour ou l’autre les joueurs vont « prendre leurs cliques avant de leur mettre des claques » etc… Un snowfest?  Non, malheureusement,  la chianlit* continue!

Le FPS d’Evian  se déroulera du 21 au 25 mars 2012. Le Main Event a débuté son Day 1A le 22 mars à 14H et son day 1B le 23 mars à 14H également.

Buy in 1000 € + 100 € = 1100 €

Un peu de calcul mental, jeu d’enfant pour un joueur de poker. Il y a 103 inscrits au day 1A et 193 inscrits au day 1B, soit un prizepool de quelques 284 000 euros, pour 296 joueurs. Avec 15% de places payées, nous comptons donc 48 joueurs ITM. Et le buy in des joueurs étant de 1100 euros, les joueurs ne peuvent donc espérer DOUBLER  qu’à partir de la 16 ème place !!!

Petit rappel: beaucoup de nos confrères ont élagué les récompenses globales en ne présentant en gras que le tableau suivant:

Vainqueur 70.000€ Runner-up 45.500€ 3ème 27.500€ 4ème 21.160€ 5ème 16.000€ 6ème 12.000€…

(Pour les récompenses suivantes rendez-vous à la page 14,  paragraphe 12a, sous-chapitre 6, en petit caractères italiques) Ce qui est à peine exagéré.

Ce qui signifie en clair que de la 16 ème place à la 48 ème place , il va falloir trouver des lots de substitution. Evian n’est pas si loin que cela de la Suisse, de ses banques à placements garantis, de ses casinos très bien tenus… Ces éventuels revenus subsidiaires permettraient aux joueurs placés de la 48 ème place à la 16ème place, d’arrondir allègrement leur allocation. Les plus gros perdants seront sans conteste  ceux qui seront parvenus à percer la bulle mais qui iront s’échouer sur les écueils de la  20ème place rugissante. Imaginons que ce joueur maudit par le sort, soit du day 1A, qu’il laisse passer le day 1B pour retourner au charbon le troisième jour, voire parvenir au day 4 et sortir parmi les premiers le dimanche 25 mars à 14h et 15 minutes!!!  Comptez avec moi:

3 nuitées supplémentaires dans des hôtels parfois non sélectionnés, environ 6 repas et 3 petits déjeuners, les coups de téléphone qui s’imposent, les indispensables achats de voyages, les pots avec des amis américains que l’on ne voit jamais, une éventuelle location de voiture, un changement ou une annulation de billet d’avion de dernière minute, les pourboires …etc…

7ème 8500€, 8ème 6000€, 9-10ème 4200€, 11-12ème 3350€, 13-14ème 2750€, 15-16ème 2250€
17-24ème 1950€, 25-32ème 1750€, 33-40ème 1600€, 41-48ème 1500€

Mettons que vous soyez 18 ème, soyez honnête, CELA VOUS REJOUIT-IL REELLEMENT?

LE BENEFICE BRUT EST DE 850 EUROS.

Les frais pré-cités ne vont-ils pas tout grignoter de cette marge bénéficiaire brute donc fictive? Et si un jour nous étions taxés sur nos résultats, le Législateur accepterait-il que vous descendiez dans un Hôtel Dupont du groupe Durand alors qu’il y a un hôtel Formule 3 à côté? Philippe Ktorza a pourtant prévenu ce fait depuis des mois.

Il a gagné une belle bataille, mais la guerre, c’est tous ensemble que nous la gagnerons et nous pouvons y parvenir!

Il y aura toujours des détracteurs à ce genre de propos. Ils sont les bienvenus pour faire avancer le progrès dans le rééquilibrages des payouts. Et même s’il y a beaucoup de « qualifiés », ou de joueurs « sponsorisés », ce n’est pas une raison pour laisser de côté le plus grand nombre (déjà aujourd’hui et a fortiori demain) ceux qui payent leur buy-in.

Un petit coup de griffe en passant: dans ce superbe FPS qui a réuni de nombreux joueurs de talents, il y a et avait comme toujours ceux que l’on dénomme les « têtes de série ».

Français, belges, etc…Une minorité de personnes, les affranchis, font toujours semblant d’être étonnés : Dupont est sorti dans les premiers du day 1, Durand est sorti dès la première heure du Day 2…etc…Et le public de se répéter: « that’s poker » … Alors osons la vérité!  Hé bien oui, si Dupont, tête de série N°1, envoie son tapis avec une paire de 3 UTG, c’est peut être parce qu’il n’a pas payé son buyin et qu’il faut que ça passe ou ça casse (monter des jetons). Seule la première place intéresse ces joueurs, et ils n’ont absolument pas le temps précisément, d’être coincés en 20ème position: ce qui signifie, ad usum delphini, que pour eux, une sortie prématurée est une solution acceptable!

Enfin, je cite les joueurs et amis de P. Ktorza qui lui apportent leur cordial soutien. Tous sont volontaires,derrière Lui, pour bouger.

Mais concrètement, je leur rappelle avec humilité que la lutte a commencé, combat pour la survie d’une profession-passion, celle de participer au noble art des joutes MTT. Alors, mesdames et messieurs, plutôt qu’un encouragement du style; « On est avec toi, Philippe », je crois que ce dernier a besoin d’entendre;

« Dis-donc, Philippe, qu’est ce que je peux faire concrètement de mon côté, pour faire bouger cette force d’inertie que sont

les organisateurs de tournois, lesquels sont pratiquement convaincus, mais à qui il manque « ce petit quelque chose » que nous pourrions leur insuffler… »

Et si cela reste un combat franco-français, dans un premier temps, ce n’est pas grave, le bon sens finira toujours par atteindre, en son temps, les trainards.

De toute façon, vous ne convaincrez jamais un Tom Durrr de se ranger sous votre bannière! Et alors? Peu importe! Seul le plaisir et gagner plus intéresse « le plus grand nombre »,

j’entends par là une majorité de pro et semi-pros français et les amateurs éclairés et amoureux de ce jeu exaltant. donc 80% des joueurs….

* chianlit: pagaille, gabegie… ex.  « La réforme oui, la chianlit, non! » extrait d’un discours du général de Gaulle, 1968.

Philippe Ktorza, joueur pro team PMU

Philippe Ktorza, joueur pro team PMU

Janluk Bertet, agitateur depuis 1954

Janluk Bertet, agitateur depuis 1954