TAPIS… L’arme des faibles!

by

ALL IN…the coward’s weapon? Surtout sur le net me direz-vous? Oui, c’est plus facile on line et on n’essuie le regard désapprobateur de personne. Surtout d’un Phil Hellmuth et ses 275 livres ( ça fait mieux et plus  qu’en kilogrammes )  tout de cuir noir vêtu…Brrrr, il fait peur.

Alors oui, TAPIS/ALL IN  est l’arme des faibles. Je reprends Georges Orwell, qui raillait en disant que bien sûr, nous sommes tous égaux, MAIS que  « certains sont plus égaux que d’autres ».  Au poker c’est pareil !! De même que l’on est tous le fish de quelqu’un , nous sommes tous faibles, mais certains le sont beaucoup plus que d’autres. Et bien ces gens là (ils sont nombreux) préfèrent s’en remettre à la chance et à la peur provoquée plutôt que d’affronter un adversaire en tête à tête.

Pourquoi fait-on tapis si souvent ? Et je ne parle pas des professionnels qui eux, l’explicitent très bien sur des vidéos tournée lors de gros  tournois on line. (voir Kitbul Davidi Kitaï en vidéo-pro sur Winamax, par exemple) Mais alors, qui est le « le précurseur » de ce geste désespéré? La faute sans doute à Daniel Negreanu qui l’écrit dans tout ses livres, peut-être aussi le grand-père de JR  tv Dallas, j’ai nommé le vieil homme sympathique au Stanton… Et puis tout  ces nouveaux « coachs » en barboteuse qui pensent connaître le poker et l’enseignent même, après quelques petites années d’expérience on line.

A noter que ces jeunes aux dents longues ne se mesurent jamais aux vrais pros des high stakes; à noter que losque j’ai proposé à l’un d’eux de se mesurer en caméra cachée à l’un des pros de sa catégorie mais d’une Tean concurrente, il a argué du fait qu’il avait trop de travail… de plus, ces jeunes teachers ne jouent qu’en 6 max. (short handed, catégorie la plus prisée des multitableurs pros.

Pourquoi? Vous désirez connaître la vraie raison? La voici : c’est uniquement une question de place et de confort: l’EGO surdimensionné de ces nouveaux joueurs les empêche tout bonnement de s’asseoir en full ring. Un peu comme ces clients obèses qui doivent acquitter 2 places en avion… lol. Bien, après cette plaisanterie, (quoique…) revenons aux tapis à répétition.

Alors les Negrenu de tous acabits reprennent chorus le leitmotiv suivant. « Quand vous avez un doute, et que cela vous met la tête à l’envers, poussez votre tapis: désormais ce sont les autres qui auront la rate au court bouillon.. »    

Mouaiiis ! Belle analyse mais piètre réflexion. La vérité, c’est que ces braves pros ou semi pros du Texas Holdem s’en contre-foutent, car : 1. Ils ont vendu leur « papier », 2. Ils ne jouent pas à ces limites c à d à notre niveau, 3. Si le conseil n’est pas merveilleux, en tous cas, il n’est pas faux. Ni condamnable…et pour un américain, c’est vital.

C’est dit à voix basse, mais c’est dit quand même: quand on ne sait pas très bien  jouer ou lorsque l’on se sait dominé post-flop techiquement, on s’en remet à la chance. L’arme des faibles étant plus souvent utilisée en moyenne par les amateurs que par les pros, faîtes les calculs. Phil Hellmuth n’a pas fini de s’énerver. D’ailleurs, il ferait bien de conserver ses 11 bracelets au coffre des hôtels où il descend, car si j’avais quelques paris à faire, je dirais qu’il n’en gagnera plus un seul tant que les amateurs pourront se payer des entrées à 1€ via satellites. Hé oui, Phil, tu peux gagner 1 ou 2 all-in à ta table, mais pas 10 de suite!!  Pour nos lecteurs Phil, ta réflexion il y a quelques temps, était à peu près la suivante ; « Mais m…, jamais il ne doit me suivre avec xx ! il n’a que x% de chances et blablabla, bullshit ce fish double son stack et moi je suis out de ce gros tournoi! C’est mon métier man! tu le tues… » Oui, c’est vrai, Phil.

Oui, nous comprenons Phil. Que dire? Le jeune joueur a, quant à lui répondu à Phil :  » D’accord, c’est ton métier, mais toi, Phil, tu ne payes rien ici; ni buy in, ni Chambre d’hôtel, ni même tes consommations. Demain, tu en feras 10 autres. Moi j’ai payé jusqu’au dernier cent tout mes frais, et je tente ma chance une fois par an comme je le veux… » Il n’a pas tort, Phil!

Cela devient grave, car… les 2 ont raison! Auriez-vous un avis sur la question? Merci;

Rester zen? oui, un peu bien sûr, mais on a tous notre seuil de limite. Ce qui est infiniment regrettable, c’est qu’en se couchant face à ces all in intempestifs, on n’apprend plus le poker pot flop. L’expérience n’est plus acquise sur la tactique et les stratégies, sur nos erreurs ou sur les coups de génie de l’adversaire,  mais sur des coin flips. Bof…

Nous allons tenter de vous donner une façon de vous en sortir: sans mettre tapis tout de suite. Vous percevez en pocket cards AA. Vous êtes Dealer donc au bouton et c’est à votre tour de jouer: il y a eu 2 relances x3 bets avant vous. Plutôt que de push, effectuez donc directement un 6 bets, ce qui aura pour effet de faire passer en principe les sb et bb, et de ne garder dans le coup qu’un voire 2 joueurs maxi. Rien n’est perdu ni gagné; ce que vous devez vous mettre en tête, c’est que si vous aviez mis all in, quel que soit le board, vous ne pouviez plus rien changer.

Mais que si vous avez simplement sur-relancé avec vos 2 AA noirs et que le flop tombe avec  8.9.T à coeur, que le turn voit un J de coeur apparaitre et que votre adversaire mise son tapis, hé bien nous pensons que vous allez sauver votre tapis en repliant vos gaules…Pas de fish dans la bourriche cette fois!! Mais il vous reste largement de quoi ré-appâter. Quant à extrapoler sur ce que d’aucun eût fait ceci dans tel ou tel cas, je vous rappelle que la donne change chaque fois qu’un joueur touche sa souris… Ah, en plus, ne pas faire all in permet de jouer au poker, et cela, c’est l’idée première! non?