Full Tilt Poker aurait volé 440 millions de dollars à ses joueurs

by


Full Tilt
Full Tilt

Le célèbre site de poker en ligne Full Tilt Poker aurait volé 440 millions de dollars à ses joueurs au profit de ses dirigeants. La justice américaine dénonce « un véritable schéma de Ponzi ».
Sur le même sujet

Le site de poker Full Tilt toujours suspendu

Le site de poker en ligne Full Tilt Poker a volé 440 millions de dollars en détournant les fonds déposés par les joueurs pour rémunérer grassement les membres de son conseil d’administration, a affirmé mardi le bureau d’un procureur de Manhattan à New York. Full Tilt Poker « a escroqué les joueurs en leur faisant croire que les fonds qu’ils déposaient pour le jeu en ligne étaient en sécurité et disponibles à tout moment », a indiqué dans un communiqué le bureau du procureur du Sud de Manhattan, Preet Bharara.

Des célébrités impliquées

« En réalité, Full Tilt Poker ne conservait pas de fonds suffisants pour rembourser tous les joueurs et, de plus, l’entreprise utilisait ces fonds pour rémunérer des membres du conseil d’administration et des actionnaires à hauteur de plus de 440 millions de dollars depuis avril 2007″, a ajouté le parquet. Des joueurs de poker célèbres intervenant sur le site, comme les champions Howard Lederer et Christopher Ferguson, ont également « puisé dans les poches des joueurs les plus loyaux tout en mentant allègrement à la fois aux joueurs et au public sur la sécurité de l’argent déposé », a poursuivi Preet Bharara. « Full Tilt n’était pas un site de poker légitime, mais un véritable schéma de Ponzi », a-t-il ajouté, faisant référence à l’escroquerie qui a valu 150 ans de prison à l’ancien financier américain Bernard Madoff.

Une industrie florissante

Ces accusations font suite aux poursuites dont Full Tilt Poker a fait l’objet en avril dans le cadre d’un coup de filet contre plusieurs sites de poker . Les paris sur internet sont illégaux aux Etats-Unis depuis 2006 mais l’industrie du poker en ligne demeure florissante, utilisant tous les moyens pour contourner la loi, en particulier en s’installant hors du pays. L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a condamné les restrictions commerciales aux organismes bancaires et certains parlementaires américains aimeraient voir les paris en ligne devenir légaux.

Source : latribune.fr, avec AFP