Bloodthirsty Highway, le temps où pistolet rimait avec gambler

by

C’était une époque où le mot poker signifiait bien plus encore qu’un simple jeu de hasard, une époque où sont nées les légendes du Hold’em, ces noms à jamais gravés au Hall of Fame ou dans l’histoire d’un jeu qui depuis des décennies déchaîne les passions et les haines, les victoires et le désespoir.

Doyle Brunson,Amarillo Slim, Sailor Roberts, Jack Binion, Puggy Pearson, autant de noms que nous connaissons, ou qui nous reviennent un peu en tête mais sans imaginer cette période « phare » du poker où le danger rythmait les parties de cartes, et où les joueurs faisaient des centaines de kilomètres par nuit pour gagner quelques dollars.

Car il s’agit bien de la légende de la fameuse « Bloodthirsty Highway« , cette fameuse route qu’empruntaient Doyle et ses amis, les légendaires « Texas Rounders » véritables icônes du poker qui ont risqué leur vie et cela pendant des années. Brigands, proxénètes, tueurs professionnels, partageaient les nuits de nos champions, bagarres, menaces de mort et parfois agressions, une autre époque où la « Mentale » (terme pour définir un code d’honneur et de conduite dans la Mafia) était le symbole de règles à ne jamais oublier, sous peine d’être retrouvé mort dans un coffre de voiture un as de pique enfoncé dans la bouche. Il n’y avait pas une nuit sans être accompagné de « sa plus belle fiancée », son fameux Magnum 357 afin de faire comprendre aux autres « gamblers » qu’on pouvait en arriver jusqu’à « descendre » toute personne mal attentionnée.

Odessa Rouge, Johnny Moss, Pat Renfro, Crandall Addington, Aubry Jour, Bob Hooks, Oklahoma Joe, ce sont ces noms nés de la poussière des nuits sablonneuses du désert du Texas qui ont fait aussi que Las Vegas devienne Las Vegas, que la légende dépasse la fiction et que se confondent mythologie et réalité, la vie et le poker mêlés dans une seule et même passion exacerbée à son paroxysme.

Lorsque vous êtes à Las Vegas sur Freemont Street vous avez parfois la sensation d’être à nouveau sur la « Bloodthirsty Highway » au fin fond du Texas, comme si l’âme de Benny Binion était sur votre épaule entourée des légendes d’autrefois, des vapeurs d’alcool et des odeurs de poudre.