Poker Amateur: Bienvenue au pays de Jean-Claude Van Damme et Chuck Norris

by

 

Avant de commencer l’article je me suis demandé quel visuel j’allais pouvoir utiliser pour écrire ces quelques lignes sur le poker amateur, et j’ai trouvé que cette illustration décrivait complètement ce que peut ressentir un joueur amateur perdu dans le monde des gamblers en folie version « Les sous-doués en vacances ».

Depuis de nombreuses années je « vis » et travaille dans le secteur du poker amateur et professionnel, je suis passionné par les échanges humains et la fraternité de ce monde qu’on pourrait comparer à une « secte festive », et j’ai pu me rendre compte que les comportements et les attitudes générales changeaient au sein des joueurs qui jouent uniquement par passion. De plus en plus de pratiquants, de plus en plus de profiles différents, de plus en plus d’échanges humains (ça devrait être des échanges alors que parfois ça ressemble plus à un combat de catch du Royal Rumble), donc forcement de plus en plus de rencontres étranges, de Jean-Claude Van Damme pour qui « 1+1 ne font pas toujours deux« , de Chuck Norris qui clament  » Quand Chuck Norris s’est mis au judo, David Douillet s’est mis aux pièces jaunes ».

Le monde amateur propose aujourd’hui un nombre incalculable de possibilités de jouer soit en live soit online: clubs, tournois freerolls, tournois de club online, tour type WiPT, vacances poker type Arena Poker Camp ou Florida Poker Tour, cours de poker pour passer du statut de « fish » à celui de « héros/génie du holdem ».

Les comportements sont de plus en plus étranges entre le joueur qui porte un chapeau tel Chris Ferguson (« fais gaffe mec, si ça se passe pour toi comme pour Chris, tu vas te faire buter par les joueurs en colère de Full Tilt« ), celui qui pense qu’il vient de perdre avec brelan floppé contre couleur honneur-honneur (oui vous avez bien lu, certains joueurs pensent que la couleur honneur-honneur existe au lieu de la couleur runner-runner), celui qui rêve de faire couleur quinte flunch ( genre quinte flunch à volonté contre brelan floppé pour son adversaire au lieu de quinte flush…the truth is out there), celui qui vous donne des leçons de poker en vous expliquant qu’il a révisé ses tables de 6 et de 8…en clair les émissions de tv, la littérature poker, les forums transforment nombre de joueurs récréatifs en de vrais Jean-Claude Van Damme du Texas Holdem.

Ce monde que nous aimons tous tant par sa simplicité, son amour de la compétition pour la compétition (on pourrait comparer le poker amateur aux jeux olympiques, l’essentiel étant de gambler), change aujourd’hui et devient de plus en plus « contaminé » par le secteur professionnel car celui-ci a noté qu’il pouvait gagner de l’argent, en clair le riche a trouvé un moyen de gagner encore plus d’argent sur le dos du pauvre. Vous pensez peut-être que c’est exagéré, mais c’est une triste réalité, amateurisme et professionnalisme se confondent, se mêlent afin de créer une sorte de « fusion Dragon Ball » mais qui souvent dégénère en une sorte de « monstre à deux têtes » qui ne sait plus où il se dirige.

De nombreuses rooms aujourd’hui apparaissent et disparaissent, de nombreux acteurs du secteur ne sont plus, des events sont annulés, des joueurs quittent le circuit, pourtant les joueurs amateurs eux sont toujours là et de plus en plus nombreux. Espérons que demain la ferveur sera toujours là, que les échanges humains seront toujours « mère » de l’amateurisme, que le secteur professionnel ne transformera pas tous nos amateurs en machines de guerres en plastique, que les joueurs amateurs ne penseront pas tous qu’ils sont de grands champions à chapeau ou de futurs vainqueurs de bracelets WSOP, car sinon disparaitra l’essentiel de ce qui fait que nous jouons en clubs, entres amis, en famille, en freerolls: la passion de ce jeu à 2 cartes fermées et 5 cartes ouvertes, cards just for cards…