Affaire Thierry de Quick : La guerre des frites est lancée

by

Affaire Thierry de Quick : La guerre des frites est lancée

38272858
Crédit photo : http://humouretinsolite.canalblog.com/)

Tu me raises d’une moustache et d’une chemise à étoiles ? Je te shove à grands coups de Jupiler, tu calls baraki?

Cette introduction digne d’une discussion entre belges aurait pu aussi se composer de « t’as pris une guinze, tu sais plus où tu es ? » avec comme réponse « ta gueule baraki t’as essayé de m’avoir, sdepu… »

Pour revenir à des choses moins violentes, plus courtoises, et sans insultes, nous avons pu enfin avoir la réponse de Bernard de Breyne, impartial responsable poker du Casino de Namur, un homme « droit dans ses chaussures » et pour qui l’équipe de Poker Post a un grand respect. On peut alors s’étonner de tant de différences entre la version de Thierry de Quick et de la direction du casino:

 » Monsieur Thierry De Quick s’étant permis de critiquer, sur les réseaux sociaux et autres blogs, la décision du Casino de Namur au sujet de son exclusion, je me permets de donner notre version des faits étant présent ce jour là.

Pour féliciter les clients d’avoir atteint la table finale du sit and go du 01/03/2013, le floor avec mon accord leurs offre un verre comme on le fait régulièrement.

Thierry De Quick demande si c’est possible d’avoir non pas un mais deux verres car il a envie d’un chocolat chaud et d’un cognac et bien entendu on accepte. Quand ses consommations arrivent, Thierry De Quick s’énerve et s’en prend au serveur disant que la dose de cognac n’était pas bonne etc. La discussion s’envenime et Thierry De Quick jette violemment son verre sur le comptoir. La réaction est alors de le prier de quitter l’établissement.

A ce moment, le floor me signale que Thierry De Quick est toujours en table finale donc je prends la décision avec l’accord du directeur des jeux et par respect pour le jeu et les joueurs de le laisser finir la table finale en lui demandant de rester calme, courtois et fair play.

A peine assis, il se permet de tenir des propos désobligeants et insultants sur le personnel, la direction et le Casino de Namur.

Je lui demande de se lever pour discuter avec lui et je lui signifie que dès le tournoi terminé, il sera interdit un mois dans nos établissements car il n’a pas respecté sa parole.

Finalement, Thierry De Quick a eu un comportement déloyal lors du deal pour obtenir une place plus avantageuse au ranking « CircusPoker » ce qui est inadmissible vis-à-vis des autres joueurs.

Suite à cette série d’événements, nous avons décidé de l’interdire dans nos établissements de Namur et de Spa pour une période indéterminée et nous avons, comme il se doit, prévenu les autres établissements de Belgique.

Concernant le port de casquettes, bonnets, chapeaux, au Casino de Namur, il est autorisé d’en porter dans les salles de poker mais pas dans le reste du casino, cela n’a rien de discriminatoire.

Bernard de Breyne« 

On attend la contre attaque du sheriff, quand il sera de retour du pays de l’Oncle Sam, car parait-il, il serait allé se ressourcer !!!