L’histoire « vraie » d’une poker-love-argent story pornographique

by


ser_dallas_81_reporters
Qui est qui dans cette histoire, à vous de deviner !

Il était de mon travail de journaliste de réagir à ce « grand cirque », qui, actuellement, bouscule la « toile » et secoue Facebook tel un tsunami géant : L’histoire « vraie » d’une poker-love-argent story pornographique ! Ou comment tous être ridicules en dix actes !

 

Mes propos sont extrêmement violant mais volontairement choisis, pour choquer la sensibilité des plus jeunes, faire ouvrir les yeux aux imbéciles et me dire que le poker, c’est tout autre chose que ce sketch sans fin (d’ailleurs certaines l’ont mis en image sur le net).

Depuis de nombreux mois nous assistons à tord ou à raison à une guerre de tranchées entre une personne que nous nommerons Emilie Tombée par respect pour elle et ses proches, face à une meute de protagonistes tous plus en colère les uns que les autres. Histoires de « cul », d’argent, de détournements de dons associatifs, d’avortement à la « Cheb Mami » en Espagne, de « tu vas cracher tes dents connasse » en passant par des « si tu tentes de te suicider te loupes pas la prochaine fois »…, tout cela est juste inutile, stupide et parfaitement improductif dans un secteur déjà en souffrances, sans avoir à supporter « la guerre des boutons » entre « Saigon » et le reste du monde ! 

Facebook sert depuis maintenant quelques jours à en rajouter à cette affaire sordide, qui finira peut-être par des bagarres en string dans la boue, quelque part dans un lieu de tournoi dans le monde, mais finalement sans spectateurs, qui eux, ont autre chose à faire que de suivre l’histoire de mythomanes en colère ou de vengeurs masqués.

Car oui dans cette affaire certains ressemblent plus à des chevaliers à « l’appareil » moulé dans un superbe caleçon blanc, qu’à de réelles personnes réfléchies qui ont compris que la colère ne soigne pas la mythomanie, c’est comme penser que quand on se pique avec un hérisson on va attraper le SIDA…Ce qui en rajoute dans ce dossier, c’est que de plus, certains ont des « casseroles au cul », pire que des batteries de cuisine dans un grand restaurant.

Pour que le poker se porte mieux, que l’on puisse donner une bonne image de cette passion qui est un métier pour des milliers de personnes (joueuses, joueurs, journalistes, croupiers, floors…), je pense qu’il serait temps de stopper cette « machinerie » ridicule.

Et n’oubliez pas que de nombreux « restaurants asiatiques » ont été pointés du doigt pour la qualité de leur nourriture…dans ce cas c’est la nourriture intellectuelle qui était plus qu’avariée…