Harry Loria, l’homme au grand cœur d’EuroPoker

by

303894_242034302505398_416107_n (1)

 

Si il y a bien un pari gagnant qu’a réussi EuroPoker en cette rentrée 2013, c’est d’avoir choisi pour ambassadeur Harry LoriaHarry Loria, l’homme au grand cœur d’EuroPoker !

Poker PostHarry, je te connais depuis maintenant un long moment, mais peu de gens te connaissent car tu es discret et surtout modeste. Pourrais-tu te présenter à nos lectrices et lecteurs ?

Harry Loria : Bonjour Fabien, c’est vrai que nous nous connaissons depuis bientôt deux ans maintenant, c’est-à-dire depuis mes tout débuts sur le circuit « live » français. Pour me présenter en deux mots, je ne suis plus tout jeune puisque j’ai 39 ans, je suis un petit agent immobilier dans la vie de tous les jours. Je suis divorcé depuis maintenant deux ans et demi, ce qui explique certainement le fait que ma vie de « nouveau célibataire » m’a permis de pouvoir consacrer plus de temps à la pratique du poker. Je tiens à préciser que je ne parle exclusivement que de poker « live », car je ne suis pas un joueur qui vient d’internet : en effet, je n’y joue que très rarement. On peut dire également que je suis un bien piètre joueur de « Cash-Game » dans lequel j’ai dû m’essayer tout au plus, à une quinzaine de sessions depuis mes débuts dans le poker, et que dans 90% des cas, ces sessions se sont avérées négatives pour moi. Je suis avant tout un joueur de tournoi en live, c’est seulement dans ce domaine que j’aime à progresser. Je suis un compétiteur dans l’âme et c’est certainement le fait qu’il ne doive n’en rester qu’un seul à la fin d’une compétition, qui me fait vibrer. Il n’y à que cela qui m’intéresse et me procure l’adrénaline dont j’ai besoin. L’appât du gain ne m’intéresse finalement que très peu. J’apparente le poker de tournoi plus à un sport et s’il n’y avait pas d’argent à la clef, je mettrais tout autant de plaisir à vouloir gagner des titres et à enchaîner les performances.

Poker Post : Harry, je te suis depuis des tout débuts et tes premières performances, c’est une grande fierté de voir que pour toi le chemin continue. Du Super Sat PPT à aujourd’hui, qu’est-ce qui a changé dans ton jeu pour t’amener à réaliser souvent de belles performances ?

Harry Loria : Écoutes, je t’avoue que lorsque je discute « poker » avec les autres joueurs que je rencontre très régulièrement sur le circuit, lors des différents events, je m’aperçois que mon bagage « technique » est plus que limité : je ne comprends quasiment rien au langage technique habituel des joueurs de poker et je me marre en les entendant discuter entre eux de « own », de « level » ou de « slowroll ». En dehors, de « Check », « Call », « Fold », « Raise » et « All in », je ne connais pas grand chose. Cette victoire au Super Sat Partouche de Forges-les-Eaux en 2012 a été une sorte de « déclic » pour moi : c’est marrant, mais ce fût ma toute première victoire en tournoi. J’ai toujours rêvé de remporter le 500€ hebdomadaire dans mon club de l’Aviation Club de France au cours duquel s’affrontent, en moyenne, une soixantaine de joueurs et j’échoue tout le temps ! Je finissais parfois « placé », mais jamais gagnant… Or voilà que je remporte un tel tournoi dans lequel quelques 248 joueurs avaient déboursé un buy-in de 1 250€, avec un field relevé et de qualité. Ce soir-là, j’ai enfin goûté à la Victoire et mon objectif a été, à compter de ce moment-là, de vouloir ne remporter que la victoire lors de mes tournois à venir, et de prendre pleinement conscience de l’adage qui dit que « Seule la Victoire est belle« . Mon jeu, à partir de cette victoire, n’a évolué que dans un sens : vouloir à tout prix ne décrocher QUE la Victoire et non plus les places d’accessit, comme je m’en contentais largement avant cette fameuse victoire.

402190_525195190831411_1923817247_n

Poker Post : Tu viens d’être nommé Ambassadeur pour EuroPoker, en quoi va consister ta mission ?

Harry Loria : En ce qui concerne ma nomination en tant qu’Ambassadeur du site EuroPoker, je tiens tout d’abord à préciser que de mon point de vue, je ne m’y attendais pas du tout… Pour être honnête, je pense n’être, tout au plus, qu’un bon joueur de poker de tournoi, et que tant d’autres joueurs présents sur le circuit français depuis bien plus longtemps que moi, comme Alain Goldberg pour lequel je voue personnellement une grande admiration, Ilan Boujenah ou encore Yoni Houri le méritent bien plus que moi ! Alors, on va dire que j’ai pris cette nomination comme un petit « cadeau du ciel » et peut-être que cela constituera pour moi une sorte de petit « coup de pouce du destin ». Par conséquent, je vais essayer de me montrer le plus digne possible de la confiance que m’ont témoignée les dirigeants d’EuroPoker !

Poker Post : Pour les mois à venir quels sont tes objectifs « pokeristiquement » parlant ?

Harry Loria : Je vais tenter, grâce au sponsoring d’EuroPoker, de participer à davantage de tournois, notamment lors des WSOP-E et du WPT Grand Prix de Paris : nous n’avons pas de grands moyens, alors je vais essayer de me qualifier par moi-même pour les Main Events, et l’aide des dirigeants d’EuroPoker me permettra certainement de participer aux Side Events de cette fin de saison qui s’annonce palpitante !

1017673_554660627909429_1671940217_n

Poker Post : Où t’imagines-tu dans le poker dans 10 ans si tu dois y penser maintenant ?

Harry Loria : Ola ! Tu me projettes bien loin Fabien… Je ne sais vraiment pas de quoi sera fait demain. J’espère prendre toujours autant de plaisir à jouer au poker dans dix ans, mais je ne veux pas penser à ce qu’il adviendra de moi dans dix semaines, dix mois ou même dix ans ! J’aime vivre au jour le jour et prendre du plaisir à chaque instant. Je n’aime pas le côté « obscur » et trop addictif du poker que connaissent parfois certains joueurs rencontrés dans certains cercles parisiens que je fréquente… Il faut veiller à rester vigilant pour ne pas que cela devienne une drogue, et faire en sorte de garder un certain équilibre familial, amoureux et professionnel. C’est primordial, à mon humble avis, afin de pouvoir progresser dans ce jeu qui s’apparente pour moi, de plus en plus à un sport.

Poker Post : Tu as toujours défendu des valeurs humaines et morales, comme par exemple ton soutient aux personnes handicapés ou en difficulté. Harry, homme au grand cœur ?

Harry Loria : Effectivement, j’ai toujours été adepte d’un poker agrémenté d’une « Gentleman Attitude« . Je pense qu’il est possible d’être un excellent joueur de poker sans pour autant tricher, ou se montrer indigne vis-à-vis de ses adversaires ou particulièrement hautain autour d’une table. je suis peut-être « CON », mais j’avoue ne pas « jouer » certains de mes amis que j’apprécie, lorsque je tombe par hasard à la même table de jeu qu’eux. Mes valeurs d’amitié valent bien plus que quelques vulgaires jetons… En ce qui concerne à présent l’aide à de nobles causes caritatives, comme les associations d’aide aux personnes handicapées, j’y suis particulièrement sensible dans la mesure où comme tu le sais déjà, mon petit frère Yoann est atteint de Trisomie 21. Je me sens donc hyper concerné dès qu’il s’agît d’aider nos frères humains touchés par le handicap ou la maladie. À ce titre, je tiens à rendre hommage à des joueurs comme Franck Kalfon qui font beaucoup pour la cause des enfants handicapés ou encore à mes amis Philippe Ktorza et Moundir Zoughari qui ont donné toute l’énergie qu’ils avaient en eux afin de rassembler un maximum de fonds pour aider les parents du petit Lenny qui était atteint d’une maladie terrible et qui nous a quitté tout dernièrement. C’est d’ailleurs à lui que je dédie, si tu le permets mon cher Fabien, cette interview et je pense très fort à ses parents que je ne connais pas. Que le Bon Dieu veille sur son âme.

C’est d’ailleurs à lui que je dédie, si tu le permets mon cher Fabien, cette interview et je pense très fort à ses parents que je ne connais pas. Que le Bon Dieu veille sur son âme.

 

Interview donné par Harry Loria à Fabien Richard pour Poker Post