La Maison du Bluff, un « Nice People » du poker ?

by

On aurait pu accorder à « La Maison du Bluff » la qualité de seule émission de télé réalité du poker. Mais le dernier casting, doux mélange de « sexe, drogue et rock and roll », de retour de la « sexy lady » et de « Un comique au pays du all-in » me laisse dubitatif. « La Maison du Bluff » ne deviendrait-t-elle pas trop « people » ?

Tout d’abord pour commencer sur une note d’optimisme, je suis déjà très heureux pour le poker que Valentin Messina et Romain Lewis aient pu intégrer le casting de « La Maison du Bluff » pour cette nouvelle saison, apportant chacun de la crédibilité au reste d’un casting qui pour le moment me fait plus penser à un coup de « com » monumental qu’à une vraie bonne idée au pays du poker.

 

Be-Credible

 

Entre un ancien nageur à « scandale » qui récemment a davantage fait parler de lui en racontant les soirées « zizi » au bord de la piscine entre coke et natation, un champion du monde de boxe dont je n’ai jamais pu noter la présence sur le circuit de poker en presque dix ans de « journalisme »(je n’ai rien trouver sur Hendon Mob malgré « 13 ans d’expérience dans le poker » le concernant), un « jojopoker » dont notre communauté se sert avant tout comme d’un amuseur publique et le retour d’Elaine que nous devrions considérer comme le retour « tant attendu » (j’ai d’ailleurs pu lire des commentaires misogynes totalement débiles sur Facebook, ce qui prouve que vouloir jouer de l’image de « sexy lady » dessert finalement l’intention même d’apporter de la féminité au casting).

Une telle émission de télé réalité nous laisserait espérer qu’on pourrait découvrir de jeunes talents du poker en devenir, des joueuses ou joueurs que la télévision pourrait galvaniser, des conseils qui pourraient faire de « promesses » des révélations pour les fans et les journalistes. Je m’attendais pour cette nouvelle saison à davantage de qualité globale dans les choix de la production lorsque la présence de Valentin Messina a été dévoilée, mais cette fois j’ai davantage l’impression d’un « loft » version poker, d’une « île de la tentation » au pays du back-raise.

Certains diront que je suis mauvaise langue, que je n’ai nullement l’expertise pour avoir une analyse sincère sur le sujet, mais il ne faut pas se « moquer de nous », cette nouvelle saison ressemble à une tentative de faire de l’audimat en y apportant une touche « trash and people », comme si le poker avait besoin de cela pour une fois de plus être décrédibilisé.

Ce soir, j’ai cette vague impression…