Daniel Duthon : « je suis un joueur de Cash Game qui a mal tourné »

by

A 55 ans, Daniel Duthon est une des figures du poker suisse. Avec 200 000$ de gains en tournoi, ce joueur amateur possède un joli palmarès. Il a accepté de nous en dire plus sur sa passion du poker.

duthon

Depuis combien de temps jouez-vous au poker ? D’où vient votre engouement pour ce jeu ?

D’abord, je ne suis pas un joueur ! Ça peut paraître étonnant mais, je n’aime absolument pas jouer aux jeux de hasard. Je ne joue par exemple jamais aux machines à sous. Je suis certain de perdre. En revanche, je sais que le poker est un jeu différent dans lequel le talent peut faire basculer le destin. J’ai découvert le poker en 2004. Un soir, je tombe sur Eurosport et il y a une émission de poker. Je suis littéralement scotché. Je regarde ça jusqu’à 5 heures du matin. Je décide de m’inscrire sur Club Poker et sur un forum qui s’appelle « Suisse Poker Tour ». Je commence à faire des petits tournois sur Internet ou entre amis. Il pouvait m’arriver de faire deux heures de voiture pour jouer un tournoi à 50 euros. Entre 2004 et 2013, j’ai surtout joué en Cash Game. A partir de 2013, j’ai eu plus de temps et je me suis mis à faire des tournois. En fait, je me suis pris au jeu. Je suis un joueur de Cash Game qui a mal tourné.

A quoi ressemble la scène poker en Suisse ?

En Suisse, la communauté poker existe et elle est plutôt dynamique mais l’offre est assez limitée. Il y a très peu de casinos avec en général une table de Cash Game ouverte. Il y a quelques années, il y a eu un Barrière Poker Tour à Montreux qui fut un formidable succès et depuis… Plus rien ! Ces derniers mois, une ligue amateur appelée « Infinite Players »  organise des tournois freeroll sur le modèle de RedCactus. Certains joueurs franchissent ensuite le pas dans des tournois Live en casino, notamment à Divonne.

Justement, parle-nous de ce Casino de Divonne qui est devenu une place forte du poker avec les tournois organisés par Apo Chantzis ?

Divonne est vraiment mon casino de cœur. C’est un casino un peu baroque qui a beaucoup d’allure. Divonne est à côté de Genève. De nombreux joueurs suisses font le déplacement. Ces derniers mois, les joueurs sont vraiment contents. Il y a une belle offre. Apo Chantzis avec ses TexaPoker Series propose de belles structures. J’ai hâte de jouer le France Poker Open cette semaine.

 

30456438076_8b71ed8615_b

 

Tu joues au poker depuis plus de dix, quelles évolutions as-tu pu constater ?

A mes débuts, c’était assez facile de faire de l’argent. Le niveau des joueurs a considérablement augmenté. La technique des joueurs n’est plus la même. Aujourd’hui, les joueurs arrivent à beaucoup varier leur jeu. Quelques joueurs comme Davidi Kitai ou Fedor Holz sont vraiment redoutables.

Quel est ton plus beau souvenir de poker ?

Sans trop réfléchir, je dirais la table finale du WPT Annecy en 2013. J’étais en table télévisée. J’étais extrêmement stressé. Je me disais « qu’est-ce que tu fais là ? ». Au final, j’ai terminé 8e mais ça reste un formidable souvenir.

Quelles sont les destinations poker que tu affectionnes ?

San Rémo est un lieu que j’aime. Il y a un peu l’ambiance de la Côte d’Azur. Et puis, c’est là-bas que j’ai réalisé mon plus gros gain en Live. Sinon, Las Vegas est vraiment la Mecque du poker. En 2016, j’ai vraiment passé un séjour formidable avec un Deep run sur le Colossus avec une 130e place avec plus de 20 000 joueurs au départ.

Quel ton programme poker pour les mois à venir ?

Je vais jouer le FPO Divonne cette semaine, puis je vais aller à Dublin, ensuite direction Campione pour une étape du WSOPC. En mars, j’envisage de jouer un tournoi à Macau.

11188316_10205629139902013_4800679014562116938_n