Interviews : Nous célébrons les 5 ans de MarcaPóker en interviewant David Luzago

Photo of author

Publié par Patrick Abitbol

Publié le

Santiago García passe en revue les 5 années d’existence de la seule émission de radio consacrée au poker. Curiosités, anecdotes et bien plus encore dans cette conversation entre deux passionnés de poker.

MarcaPóker est la seule émission de radio en espagnol consacrée au monde des cartes et l’un des rares podcasts sur le poker qui existent en espagnol. Elle a été réalisée 5 ans depuis sa création et c’est pourquoi nous avons pris contact avec son pilote David Luzago pour faire le point sur les origines, l’histoire et l’avenir du programme.

Bienvenue aux fous de la carte !

Comment est née l’idée de l’émission et combien de temps a-t-il fallu pour enregistrer le premier épisode ?

« Tout a commencé en 2014/15 lorsque je travaillais à EuroSports et avant mes enregistrements j’étais. Emilio Marquiegui en faisant l’émission Marca Box. L’ampoule s’est allumée et j’ai voulu faire la même chose mais avec le poker. J’ai commencé à réfléchir à la manière de faire un magazine pour la radio et Radio Marca, qui cherchait de nouveaux sports, était intéressée. J’ai dû chercher des sponsors et j’ai présenté le projet à plusieurs bookmakers, sans succès. Jusqu’à un événement Sixmix au Maroc en 2017. Javier « Tsunami » Garcirreynaldos m’a présenté aux propriétaires de Winamax. J’ai eu 30 secondes pour présenter le projet et ils ont adoré l’idée, car ils avaient une émission de radio en France et voulaient en avoir une en Espagne. En 2018, Winamax est entré sur le marché espagnol, nous avons repris le projet et en janvier 2019, le premier épisode a été diffusé ».

Le 14 janvier 2019 a eu lieu la première de MarcaPóker et David a dit dans ses premiers mots.

« Nous sommes là pour rester ! Espérons que cela durera encore de nombreuses années, nous ferons de notre mieux pour amener le poker à votre porte chaque dimanche ».

Quels sont vos souvenirs du premier épisode avec Ramón Colillas et Leo Margets ?

« Le souvenir que j’en garde est celui d’une grande excitation, d’une grande émotion et d’une grande nervosité. J’étais très nerveuse, car même si j’avais passé des milliers d’heures sur les ondes et à la télévision, je n’avais jamais fait de radio auparavant. Les premières émissions étaient en direct et on n’avait pas le droit à l’erreur, ce qui ajoutait à la tension. Le triomphe de Ramón Colillas m’a fait changer la moitié du programme que nous avions déjà préparé. Nous avons pu le faire grâce à Álex Hernando qui était aux Bahamas pour couvrir le tournoi et c’était un luxe de pouvoir ouvrir l’émission avec la plus grande victoire espagnole de l’histoire du poker. Il nous a aidés à en faire la promotion et c’était cool.

Vous pouvez l’écouter ici.

Au fil du temps, des chroniqueurs tels que Álex Hernando (info Winamax), Antonio « Kaveson » Carrasco (histoire), Federico Marín (échecs), Daniel Arribas (Casinos du monde), Francisco « Pacocho » Tapias (millésime), Ricardo « Pot Holer » Moreno (cinéma), Adrián « Baturro » Sevillano (infos nationales), Álvaro « Dracula » Marino (curiosités), Adrián « Adrisstinson » Almagro (éducation), Rodrigo « Lithany » Río (jeu mental), Gerardo Álvarez Ramayo (informations internationales), Guillermo Berri (infos nationales), José Ramón « Klauss » García (Omaha), Antonio « Antrodax » Romero (infos nationales), Miguel Ángel Rodríguez (modalités), Abraham Jiménez (hors curiosités poker), Fernando Albarracín, Miguel Ángel Galán, David Huerga, Miguel Teus et qui écrit sur les livres et les histoires.

Comment les sections ont-elles été créées ?

« Certaines d’entre elles étaient déjà convenues, comme dans le cas d’Alex Hernando, qui faisait déjà partie du premier programme et qui est toujours avec nous. D’autres se sont joints à nous au fil du temps et d’autres ont cessé de participer, comme Pacocho, David Huerga et Miguel Teus. Beaucoup de ceux qui ont commencé sont toujours avec nous et beaucoup d’autres nous ont rejoints. Au total, près de 20 chroniqueurs font et ont fait partie du programme ».

Imaginiez-vous qu’ils resteraient à l’antenne pendant cinq ans lorsqu’ils ont commencé ?

« C’était mon rêve. Être à l’antenne pendant 5 ans, puis 10 et enfin 25 ans. Winamax m’a fait une confiance aveugle, car nous n’avons pas fait de tests préalables. J’avais bon espoir que si le programme correspondait à ce qu’ils voulaient, il pourrait durer longtemps. Heureusement, ils nous ont laissé travailler avec liberté absolue Et pour illustrer cela, je vais vous raconter une anecdote : j’ai proposé que le nom du programme contienne le mot Winamax et ils ont dit non. C’était MarcaPóker et je voulais unir notre passion au sport. Mon idée de départ était de jeter les bases d’un bon programme pour de nombreuses années et c’est ce que nous faisons ».

Dites-nous comment vous travaillez avant chaque émission et comment vous choisissez les sujets et les invités.

« Mon travail est assez mécanisé, mais malgré le fait que j’ai travaillé avec des plus de 250 programmes et 5 ans il me faut beaucoup de temps pour choisir les sujets, les invités et la musique. Tout doit être aligné pour que chaque invité ait son horaire et j’ai un système de travail où chaque jour j’effectue une tâche différente. Logiquement, je laisse la section des affaires courantes pour la fin et je la prépare le samedi ou le dimanche. J’ai également une liste de sujets que je veux couvrir et d’invités que je veux interviewer. Il y a des semaines où j’ai préparé trois émissions à l’avance et d’autres où nous arrivons avec juste ce qu’il faut, mais jusqu’à présent, nous n’avons jamais eu à improviser. Je consomme beaucoup de contenu sur le poker, et les sujets et les invités possibles surgissent. C’est un travail difficile et épuisant, sans un seul dimanche de repos, mais c’est très gratifiant et sans l’équipe de chroniqueurs, ce serait impossible.

Quelles ont été vos interviews préférées au cours des cinq premières années ?

« Cela peut sembler un cliché, mais je n’ai pas d’interviews préférées. Je me donne à fond dans chaque émission, je respecte tous les personnages et je pense qu’ils ont tous beaucoup contribué à la valeur de l’émission. Je suis très heureux de la plus de 100 interviews que j’ai réalisées, mais certaines ont été plus écoutées, comme celles de Juan Maceiras et ceux de Sergio « confía88 » García León en raison de la controverse qu’ils suscitent. Mais dans ce programme, nous ne cherchons pas la sauce ou la pique, mais plutôt à montrer le poker comme un jeu de compétition et d’adresse et à raconter ses histoires d’un point de vue positif ».

Qui, en Espagne ou à l’étranger, aimeriez-vous interviewer et à qui vous n’avez pas encore parlé ?

« Tous ceux qui ont quelque chose d’intéressant à dire et à apporter à notre jeu. J’ai hâte d’interviewer Alejandro « Papo MC » LococoNous n’avons pas pu le faire en raison de problèmes juridiques avec notre pays. J’aimerais interviewer des footballeurs tels que Gerard Piqué et Neymar pour me donner leur point de vue sur la façon dont ils voient le poker. J’ai également rencontré des hommes d’affaires, des chanteurs, des acteurs et des célébrités qui ont le poker comme hobby et qui n’ont pas peur de dire qu’ils jouent au poker.

Quels souvenirs gardez-vous du tournoi Marca Poker Live que vous avez organisé et une nouvelle édition est-elle prévue cette année ?

« C’était merveilleux de pouvoir combiner mon travail d’animateur de MarcaPóker et de directeur du Casino Gran Vía avec un tournoi en direct. Winamax nous a beaucoup aidés avec les satellites, les tirages au sort et le merchandising. Les participants étaient 549 joueurs avec un droit d’entrée de 300 €. Cela a très bien fonctionné et les gens sont partis très heureux. En avril de cette année, la deuxième édition aura lieu à Gran Vía et nous aurons bientôt des nouvelles à ce sujet ».