L’Italie approuve un nouveau cadre réglementaire pour les jeux d’argent en ligne

Photo of author

Publié par Patrick Abitbol

Publié le

Italie est sur le point d’assister à une restructuration de son cadre réglementaire en matière de jeux d’argent en ligne après que le gouvernement a approuvé le projet de loi sur les jeux d’argent en ligne. Décret de réorganisation Le marché a été réaménagé pour la première fois depuis son ouverture en 2011.

Le gouvernement a annoncé le 2 janvier qu’il avait approuvé les termes de l’accord. Ministère de l’économie et des finances‘s qui vise à lancer une évaluation de la réglementation des jeux en ligne dans le pays,

Le décret présente des plans visant à protéger les joueurs, et les mineurs en particulier, tout en luttant contre l’activité criminelle et en augmentant les recettes fiscales pour les initiatives gouvernementales et sociales.

Selon les termes du décret, l’Italie adoptera un nouveau cadre d’octroi de licences pour appliquer une taxe d’autorisation de 7 millions d’euros pour chaque licence de jeu en ligne, ainsi qu’une taxe d’exploitation de 3 % pour le concessionnaire.

En outre, les futurs concessionnaires devront payer une redevance annuelle de 0,2 % de leurs recettes nettes. Cette taxe servira à financer des initiatives en faveur du jeu responsable, supervisées par un nouveau département spécifique aux jeux d’argent qui relèvera de l’ADM, l’agence italienne des douanes et des monopoles.

Chaque groupe d’exploitation sur le marché italien, y compris Flutter, Entain et Lottomatica, sera également limité à cinq licences en raison des concessions, car le MEF vise à réduire le nombre de « sites web d’habillage » qui vendent les produits d’un seul concessionnaire.

Les propositions contenues dans le décret ont fait l’objet de critiques de la part de l’organisme italien de commerce des jeux d’argent en ligne, le Logicoqui a mis en garde contre l’augmentation des droits de licence, qui sont passés de 200 000 euros à 7 millions d’euros.

Logico et l’association professionnelle Acadi avait mis en garde contre l’autorisation du décret de réorganisation sans tenir compte de l’avis du secteur des jeux de hasard sur les changements proposés.

Malgré les avertissements du secteur, le gouvernement italien s’attend à ce qu' »au moins 50 opérateurs » se portent candidats à la nouvelle concession, soit une bonne majorité des 83 opérateurs existants dans le pays.

Vice-ministre du Trésor Maurizio Leoqui supervisera la réforme de la réglementation des jeux d’argent du gouvernement, a soutenu le décret, suggérant qu’il « permettra au gouvernement de mettre fin aux litiges juridiques sur l’extension des licences ».

Le nouveau cadre a également été soutenu par les juges de la Haute Cour qui souhaitent lutter contre l’arriéré des recours juridiques des opérateurs qui contestent l’ADM sur les conditions des concessions existantes.

Premier ministre italien Giorgia Meloni a approuvé la réorganisation des jeux d’argent italiens, tant en ligne qu’au sol, en présentant le secteur comme un contributeur économique clé ayant généré des recettes fiscales de 11 milliards d’euros en 2022.